Category: blog


Sonia Ben Ali, co-fondatrice d’URBAN REFUGEES :

Participer à cette conférence Ted X Champs Elysées fut un moment très intense pour moi.
Je me rappelle d’une discussion avec David Delvallé (cofondateur d’URBAN REFUGEES)  il y a 3 ans, il me disait « un jour tu verras on arrivera à parler de l’association à un Ted ». Je ne l’avais pas cru… Et 3 ans plus tard c’est devenu réalité ! C’est un immense pas pour notre organisation qui est encore une petite structure mais qui bénéficie d’une belle portée.
Notre rêve est de rendre visible les invisibles. Quoi de mieux qu’un Ted pour réaliser cela ?
Je remercie les organisateurs de nous avoir donné cette opportunité. J’espère de tout mon cœur que cela permettra de rendre visible la question des réfugiés urbains.

Si vous souhaitez soutenir l’équipe d’URBAN REFUGEES, cliquez ici.

URBAN REFUGEES travaille actuellement sur son dernier projet pour apporter son soutien aux populations de réfugiés urbains : SMS Up est un service de messagerie de groupe qui permettra aux utilisateurs d’envoyer des SMS à plusieurs destinataires en utilisant un seul numéro de téléphone mobile. Ce projet permettra aux leaders des communautés de réfugiés d’accéder à une plate-forme de partage d’informations sensibles et urgentes par SMS. Il permettra une fonctionnalité de conversations en groupe (comme WhatsApp ou Viber) en utilisant des SMS pour le bénéfice des réfugiés urbains sans smartphones ou Internet sur leurs téléphones portables.

Derrière ce nouveau projet, découvrez les trois personnes qui travaillent quotidiennement pour assurer son lancement :

  • VIDYA RAMKUMAR, chef de projet pour SMS Up à Kuala Lumpur

Il y a six mois, Vidya rencontrait Sonia Ben Ali, la co-fondatrice de URBAN REFUGEES, et lui mentionnait son domaine d’activité et le fait qu’elle cherchait du travail. Aujourd’hui, elle développe notre ambitieux projet SMS Up.

Vidya apprécie beaucoup de travailler pour URBAN REFUGEES : « l’équipe est pleine d’énergie et d’enthousiasme, et j’aime la cause de notre organisation : le développement de la communauté des réfugiés urbains afin de renforcer leurs compétences et de faire entendre leur voix ». « Travailler pour un objectif philanthropique fait ressortir le meilleur en nous », ajoute-t-elle.

Elle est très passionnée par ce nouveau projet et enthousiaste de collaborer avec les réfugiés pour aider à rendre utile l’utilisation de SMS Up et de partager plus facilement des informations. «Malgré les éprouvants défis auxquels les réfugiés sont confrontés quotidiennement, ils restent incroyablement déterminés, gentils et positifs au-delà de leurs convictions», a déclaré Vidya. « J’ai appris ce que cela signifie d’être positif et de le rester quoi qu’il arrive, cela m’a ouvert les yeux et je suis très reconnaissante. »

  • DUNCAN WALKER, développeur web pour SMS Up à Londres

Duncan se rappelle qu’en 2015 les medias relayaient beaucoup les incroyables traversées des réfugiés qui essayaient d’échapper au conflit en Syrie et en Afrique du Nord. Cela lui a donné envie d’aider, il a alors trouvé le groupe « Techfugees » sur Facebook, qui permettait de mettre en contact les responsables techniques avec les organisations travaillant avec les réfugiés. «Parmi tous les projets technologiques, SMS Up et URBAN REFUGEES me sont tout de suite apparus comme étant très faciles d’accès pour l’utilisateur, réalisant un impact pratique réel immédiat », a-t-il déclaré.

Depuis octobre 2016, il est responsable de la programmation de SMS Up chez URBAN REFUGEES. « J’ai récupéré un travail qui avait été fait sur un prototype lors d’un Hackathon il y a environ un an, et je l’ai adapté pour le faire fonctionner dans le contexte malaisien et pour nos groupes cibles de réfugiés», explique Duncan.
Il apprécie beaucoup de travailler avec Vidya et Ate, notre traductrice. « Elles sont à la fois amicales, intelligentes et réfléchies, que demander de plus dans une équipe ? » ajoute-t-il. « C’était amusant de se rencontrer sur Skype; comme on vit à l’autre bout du monde, il faut penser à dire « bonne soirée » alors qu’en fait il est 8 heures du matin chez moi ! ».

Travailler avec URBAN REFUGEES lui a appris la valeur de travailler en mode « open source », tout son code et même les tickets de gestion de projet sont disponibles en « open source ». « Si SMS Up devient un succès les nouveaux développeurs pourront plus facilement s’impliquer grâce à l’open source. En attendant, cela m’a été très utile pour m’imposer une certaine discipline et veiller à ce que je fasse les choses correctement du premier coup. »

  • ATEFEH MALAKMOHAMADI (surnommée ATE), traductrice pour SMS Up à Kuala Lumpur

Alors que nous cherchions un traducteur il y a quatre mois, un des leaders de la communauté afghane nous a présenté Ate, une amie de sa famille. « Ce travail était parfait pour moi car il me permet d’aider les gens de ma communauté. Etant donné que j’ai moi aussi un statut de réfugié, c’est plus facile pour moi de les comprendre et de ressentir leurs émotions. Ils m’ont très vite acceptée», explique-t-elle.

Ainsi, depuis quatre mois, Ate travaille comme traductrice aux côtés de Vidya pour SMS Up, projet dans lequel elle s’investit beaucoup : « j’apprécie tellement de pouvoir donner un coup de main et je suis heureuse de travailler avec l’équipe d’URBAN REFUGEES. Grâce à ce travail je me sens chanceuse et reconnaissante ». C’est la première fois qu’elle travaille au sein d’une équipe et elle donne le meilleur d’elle-même afin de nous aider à atteindre les objectifs que nous avons pour la communauté afghane.

Ate apprécie de travailler avec Vidya et la remercie pour sa patience, « comme je suis une jeune recrue, elle a été présente et m’a épaulée dès le début ». Puis elle ajoute « le projet SMS Up me permet d’apprendre chaque jour quelque chose de nouveau; à seulement vingt ans, je gagne une grande expérience et j’améliore mes connaissances ».

Nous sommes très reconnaissants d’avoir la chance de travailler avec des personnes aussi motivées. Et enfin, pour compléter cet article, nous souhaitons remercier le HIF (Fond d’Innovation Humanitaire) pour son soutien sur notre projet SMS Up.

Si vous souhaitez nous soutenir, cliquez-ici.

Après avoir travaillé pendant 6 mois avec la Communauté Afghane (ACC), nous sommes impressionnés de voir les exploits désormais réalisés par les leaders !

Concert caritatif « SMILE FOR REFUGEES » avec la Communauté AfghaneNos formations en levées de fonds et créations de partenariats ont réellement porté leurs fruits, car ce 15 mars c’est un concert de 300 personnes que l’ACC a co-organisé avec Smile for Refugees à Kuala Lumpur.

L’ACC a géré l’arrivée des musiciens en Malaisie, la location d’une salle de concert et ils ont organisé des sessions de danse pour les enfants qui ont réalisé un spectacle pendant le concert. De plus, l’ambassadeur d’Afghanistan et les autorités locales ont répondu présents pour cet évènement caritatif.

Le concert  « Smile for Refugees » avait pour objectifs de souligner le sort des réfugiés en Malaisie.

Concert caritatif « SMILE FOR REFUGEES » avec la Communauté Afghane

 

« La musique permet de soulager certains traumatismes, car elle a le pouvoir d’encourager, de réconforter et d’inspirer l’auditoire » explique Zia Sahil, chanteur et musicien lors du concert ».

M. Hazara, fondateur de ‘Smile for Refugees’, ajoute que « les réfugiés ont très peu d’occupations et ont l’impression que personne ne se soucie d’eux, c’est pourquoi nous espérons leur apporter un peu de joie avec ce concert ».

 

Vous voulez voir un aperçu du concert ? Cliquez sur notre vidéo ci-dessous :

Soutenez-nous en cliquant ici !

Après avoir travaillé en étroite collaboration avec la communauté afghane et avoir rencontré de nombreux succès, nous avons répondu positivement aux demandes des communautés Somalienne et Rohingya de Malaisie qui souhaitaient bénéficier de notre programme d’incubation.

Notre objectif : soutenir leurs leaders qui doivent répondre aux besoins pressants de leur communauté afin qu’ils puissent augmenter la quantité et la qualité des services à leur communauté.

Nous vous proposons d’en apprendre plus sur ces deux communautés :

 

  • Qui sont les Rohingyas et pourquoi sont-ils contraints de fuir le Myanmar ?

Les Refugies du MyanmarLes Rohingyas sont la minorité musulmane de Myanmar vivant dans l’état d’Arakan, également connu comme l’état de Rakhine. Ils fuient la persécution depuis plusieurs décennies et sont reconnus comme l’une des populations les plus persécutées au monde : ils ont été chassés de force de leurs foyers depuis 1970 et ont été privés de tous leurs droits humains fondamentaux (droit à la citoyenneté, de vote et de libre circulation, de mariage).

En raison de ces nombreux exodes, environ 1,5 million de Rohingyas sont dispersés à travers le monde et vivent maintenant en Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Inde, Pakistan et en Arabie saoudite. La Malaisie accueille environ 53 000 Rohingyas enregistrés au HCR (Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés), mais ils sont encore 30 000 à vivre dans le pays sans papiers.

Les Refugies du MyanmarLa Malaisie étant un pays à majorité musulmane, les Rohingyas peuvent y vivre leur religion en accord avec le reste de la population, mais ils y sont considérés comme des migrants irréguliers de par leur statut de réfugiés. Sans accès au marché du travail, ni à l’éducation et aux soins de santé, ils vivent dans des conditions précaires dans les villes du pays, en particulier à Kuala Lumpur.

C’est pourquoi un groupe de réfugiés Rohingyas a créé la Société des Rohingyas de Malaisie (RSM), une organisation dédiée à soutenir les réfugiés Rohingyas avec la coopération du HCR et d’autres organisations locales et internationales. Leurs objectifs sont d’éradiquer l’analphabétisme, d’aider les femmes à trouver un emploi, de fournir des soins de santé et d’aider les jeunes à accéder à l’enseignement supérieur et à acquérir des compétences professionnelles grâce à des programmes de formation de base.

 

  • En savoir plus sur la crise en Somalie et le contexte des réfugiés somaliens :

L'insecurite alimentaire en SomalieDepuis l’éclatement d’une guerre civile en 1991, la Somalie s’est enlisée dans un état de profond chaos : de nombreux affrontements, des famines répétitives, de nombreuses privations (nourriture, soins médicaux…), le morcellement du pays, etc. En trois décennies, ce conflit a généré des milliers de morts et le déplacement d’un million de somaliens dans le pays. Il a aussi poussé un million de somaliens à quitter leur pays, fuyant majoritairement vers le Kenya et l’Ethiopie, mais aussi vers la Malaisie en prenant la mer.

Environ 2.000 réfugiés somaliens vivent actuellement en Malaisie, où les réfugiés sont considérés comme des migrants illégaux. Cette communauté est particulièrement vulnérable car principalement composée de mères célibataires et d’enfants ne pouvant communiquer ni en anglais ni en malais. De plus, les adultes ne sont pas autorisés à travailler, les jeunes enfants ne peuvent pas fréquenter les écoles locales et les jeunes de 18 à 35 ans ne peuvent pas suivre de formation professionnelle ou technique.

Ils vivent dans des conditions précaires dans les villes, en particulier la capitale de Kuala Lumpur, et doivent faire face au racisme des employeurs potentiels et des propriétaires, ce qui rend difficile la recherche d’un endroit où vivre. Le coût des soins de santé et les barrières linguistiques empêchent les réfugiés de recevoir de bons services de santé en Malaisie. En outre, ils risquent souvent d’être arrêtés et / ou d’être renvoyé dans leur pays.

C’est pour pouvoir palier à toutes ces difficultés qu’ils ont créé la Communauté de Réfugiés Somaliens en Malaisie (SRC), une organisation leur permettant de soutenir leur communauté : en enseignant l’anglais et les mathématiques, les compétences informatiques de base, en organisant des événements sportifs et des rassemblements communautaires.

Routes de migration des refugies

Nous avons déjà commencé à travailler avec ces deux organisations et nous avons hâte de partager avec vous nos premiers résultats. Continuez de nous suivre !

Si vous souhaitez soutenir l’équipe d’URBAN REFUGEES, et nous aider à poursuivre notre collaboration avec ces communautés de réfugiés, cliquez ici.

Dans notre ère technologique moderne, les SMS sont monnaie courante. Pourtant, ils peuvent changer des vies, et potentiellement même en sauver. Dans les pays en développement, où vivent plus de 80% de réfugiés, nombreux sont ceux pour qui l’accès aux smartphones et à une connexion internet peuvent être de vrais défis. Au fur et à mesure de notre projet, nous nous rendons compte que les groupes communautaires dirigés par les réfugiés utilisent des canaux de communication répandus comme WhatsApp et Viber avec lesquels ils partagent des informations avec les membres de la communauté. C’est ainsi que circulent les renseignements sur les services disponibles, les possibilités d’emploi, les itinéraires de voyage ou d’autres conseils cruciaux, ainsi que les mises à jour des agences des Nations Unies et des organisations de secours.

Les personnes n’ayant pas de smartphones ni d’accès à internet se retrouvent ainsi coupées de ces échanges parfois vitaux. Pour eux, pouvoir envoyer des SMS représente une bouée de sauvetage, en sachant que cela leur permet également de maintenir le contact avec leur famille, leurs amis et les membres de la communauté. URBAN REFUGEES s’est engagé à soutenir les populations les plus vulnérables de réfugiés urbains, et notre dernier projet ne fait pas exception. SMS Up est un service de messagerie de groupe qui permet aux utilisateurs d’envoyer des SMS à plusieurs destinataires en utilisant un seul numéro de téléphone mobile sans utiliser de connexion internet. En d’autres termes, il fournit aux leaders communautaires une plate-forme permettant de partager des données importantes et urgentes par message.

Le projet SMS Up se déroulera en trois étapes et l’équipe URBAN REFUGEES travaille actuellement à la première phase consistant en des entretiens avec des membres de la communauté afghane et somalienne de Kuala Lumpur pour évaluer leurs habitudes de communication, les problèmes qu’ils rencontrent et leurs besoins. (Au cours de la prochaine phase, nous incorporerons ce que nous avons appris pour développer l’application SMS de façon à devenir la plate-forme de communication la plus efficace pour les réfugiés urbains, puis dans une dernière étape, nous offrirons une formation aux membres de la communauté sur l’utilisation de l’application et nous commencerons à la déployer.)

L’ application SMS Up est en train d’être développée par Duncan Walker, bénévole développeur basé à Londres. URBAN REFUGEES collabore avec deux organisations communautaires sur ce projet : le Centre Communautaire Afghan (ACC) et le Comité des Réfugiés Somaliens (RSC), tous deux basés à Kuala Lumpur, en Malaisie. Vidya Ramkumar, chargée du projet de SMS Up pour URBAN REFUGEES, a mené des entretiens avec les membres de la communauté et ses recherches préliminaires ont révélé que les téléphones portables classiques sont moins utilisés que ce que l’on peut croire, étant donné que de nombreux membres de la communauté donnent la priorité aux achats de smartphones, pour rester en contact avec leurs amis et famille qui vivent loin. Beaucoup, cependant, ont un accès limité à internet, car son utilisation peut être très coûteuse. D’autres n’ont accès au Wi-Fi que de leur maison, ce qui limite l’accès aux messages au matin et au soir, et les informations urgentes sont souvent perdues.

Vidya a également découvert que les informations les plus importantes aux yeux de la communauté sont celles concernant l’UNHCR et les interventions de la police locale, du fait de leur crainte constante d’être arrêtés. Il est important de souligner que la Malaisie ne reconnaît pas de statut aux réfugiés, leur peur de la police se fait donc ressentir tous les jours. De plus, les offres d’emplois et de logements sont essentielles pour ces communautés, et les informations sur les entreprises prêtes à les accueillir et les possibilités de logement constituent une grande partie des échanges de messages entre les membres.

Notre équipe a également constaté que ce type d’informations provient principalement des leaders et est à destination du reste des réfugiés. En effet, les représentants de la communauté sont en relation avec les différentes sources d’informations, notamment l’UNHCR, et transmettent ensuite l’information à l’ensemble de leur groupe. L’ACC utilise aujourd’hui principalement Viber pour communiquer et recense plus de 192 membres connectés à la principale conversation de groupe. D’après nos entretiens, les leaders de l’ACC sont prêts à utiliser SMS Up pour la communication afin d’assurer l’accès à l’information pour toute la communauté.
Le Comité des Réfugiés Somaliens utilise aujourd’hui Facebook comme principal vecteur d’informations mais cela soulève un certain nombre de problèmes, notamment l’impossibilité de d’obtenir des accusés de réception et la visibilité temporaire du post dans le fil d’actualité des membres. Un des leaders somaliens déclare : « Même si cela n’est pas gratuit, j’utiliserais SMS Up car cela me donnerait la satisfaction de savoir que j’ai pu atteindre l’ensemble de ma communauté ». L’application permettrait également aux membres de joindre les leaders, chose qui ne leur est pas possible aujourd’hui.

SMS Up fait partie du Programme d’Incubation d’URBAN REFUGEES qui a pour but de renforcer les organisations de réfugiés urbains qui rencontrent souvent des difficultés à s’organiser et à partager des informations avec leur communauté. Cela les empêche de s’imposer comme un relais d’informations fiable avec le système humanitaire. En facilitant le travail de la communauté, SMS Up faciliterait indirectement les actions humanitaires auprès de ces personnes réfugiées.
Nous avons hâte de partager avec vous l’avancée de ce programme.

Si vous souhaitez nous soutenir, cliquez-ici.

Notre premier projet pilote avec l’ACC (Centre Communautaire Afghan) se termine déjà… le temps passe tellement vite quand on travaille beaucoup et que l’on aime ce que l’on fait !

Témoignages de l’ACC à la fin de notre premier projet piloteDurant ces six mois à Kuala Lumpur, en Malaisie, l’équipe d’URBAN REFUGEES a travaillé étroitement avec les leaders de la communauté afghane. Après avoir partagé de nombreuses et studieuses journées de formations, nous n’avons cessé de constater l’évolution de l’ACC au fil des mois et les résultats dépassent nos attentes !
(Pour en savoir plus, lire : de nombreux succès au sein de l’ACC)

Nous avons énormément travaillé avec cette communauté pleine de ressources, et la meilleure façon de constater le succès de ce programme c’est de leur poser directement la question !

Nous leur avons donc demandé ce que le travail avec URBAN REFUGEES leur avait apporté depuis le début du programme d’incubation :

Razia

 

• Mme Razia :
Grâce à URBAN REFUGEES, maintenant nous avons un site web et de nombreux projets pour notre communauté.

Mahdi

 

• M. Mahdi :
La première chose que nous avons apprise fut la façon de créer des règles pour encadrer notre organisation. Nous savons également désormais comment obtenir des informations et comment les partager pour atteindre nos objectifs.
C’est vraiment de conseil et d’orientation dont nous avions besoin. Merci pour votre aide, nous ne l’oublierons jamais.

Taher

 

• M. Taher :
Nous avons appris comment demander le soutien des donateurs et nous savons comment remplir des demandes de financement.
Avant nous voulions atteindre nos objectifs en tant qu’individus, maintenant nous voulons atteindre nos objectifs en tant qu’équipe. Les gens nous font confiance parce que nous gérons des projets pour notre communauté.

Ahmed

 

• M. Ahmed :
Nous avons pris conscience que nous pouvions réaliser beaucoup de choses en peu de temps.

Ali

 

• M. Ali Akbar :
Aujourd’hui, nous avons plus d’expérience, nous savons comment écrire des emails et répondre de façon professionnelle.
Nous sommes plus forts parce que nous sommes unis et que nous travaillons en équipe. Tout cela, c’est grâce à URBAN REFUGEES.

Haji

 

• M. Haji :
Maintenant, nous savons comment mener des projets et nous avons la confiance nécessaire pour communiquer avec le monde extérieur.
La confiance de la communauté est la clé de notre réussite.

Sharifi

 

• M. Sharifi :
Nous savons dorénavant quels sont les besoins de notre communauté.
Avant, nous étions persuadés de faire les choses correctement, mais maintenant nous savons quels sont nos défauts et comment travailler pour les améliorer.

 

Nous avons rencontré tellement de personnes extraordinaires au sein de la communauté afghane, collaborer avec eux a été la meilleure façon d’apprendre à les connaître, leurs histoires … Nous sommes heureux d’avoir pu les aider en leur apportant les clés qui leur manquait.
Et comme toute fin implique un nouveau commencement, dès janvier nous allons lancer deux nouveaux programmes à Kuala Lumpur avec les communautés birmane et somalienne !

Encore beaucoup de travail et de résultats à venir, alors continuez de nous suivre !

Enfin, si vous êtes inspiré par ce travail de terrain avec les communautés de réfugiés urbains et souhaitez nous soutenir, veuillez cliquer ici. 

L'équipe d'URBAN REFUGEES et l'ACC (Centre Communautaire Afghan)L’équipe d’URBAN REFUGEES et l’ACC (Centre Communautaire Afghan)

 

La 6ème Consultation sur les Droits des Réfugiés en Asie Pacifique (APCRR6)La 6ème Consultation sur les Droits des Réfugiés en Asie Pacifique (APCRR6) s’est déroulée en fin d’année à Bangkok sous le thème « construisons sur les bonnes pratiques ».

URBAN REFUGEES a pu assister à cet événement unique, où 150 membres d’organisations non gouvernementales nationales et internationales, des organisations communautaires de réfugiés et des chercheurs provenant de 24 pays étaient réunis.

 

La 6ème Consultation sur les Droits des Réfugiés en Asie Pacifique (APCRR6)

De nombreux échanges sur les bonnes pratiques ont pu avoir lieu : les leaders des communautés de réfugiés ont été très actifs durant ces trois jours où ils ont pu prendre la parole lors des nombreux workshops qui se sont succédés.

Lors de cet événement, le réel besoin d’une plate-forme répertoriant toutes les bonnes pratiques des ONG a émergé de manière vive.

 

La 6ème Consultation sur les Droits des Réfugiés en Asie Pacifique (APCRR6)

C’est pour URBAN REFUGEES une véritable confirmation de l’utilité de notre plateforme d’échanges de bonnes pratiques destinées aux ONG qui soutiennent les réfugiés dans les villes.

Vous pouvez découvrir notre plateforme sur ce lien :

www.goodpractices.urban-refugees.org

 

 

La 6ème Consultation sur les Droits des Réfugiés en Asie Pacifique (APCRR6) :La 6ème Consultation sur les Droits des Réfugiés en Asie Pacifique (APCRR6) :

Cliquez ici pour consulter le rapport complet de l’APCRR6

Nous sommes ravis de partager avec vous les résultats obtenus depuis le lancement de  notre projet pilote avec l’Afghan Community Center (ACC) il y a six mois !

Deux propositions de financements ont déjà été soumises au Haut-Commissariat pour les Refugiés (HCR) et acceptées : la communauté afghane bénéficie donc maintenant de cours de couture et de cuisine pour les femmes, qui leur permettront de trouver du travail et d’obtenir une source de revenus pour leur famille.

p1040617rForts de ce succès, les leaders viennent de soumettre deux nouvelles demandes de financement au HCR : la première concernant des cours de boulangerie, afin que les femmes de la communauté puissent faire du pain chez elle et le vendre; la seconde concernant des cours d’informatique, car la maîtrise des outils informatiques est très importante dans la vie de tous les jours (faire son CV, chercher du travail, un logement ou des services en ligne, etc.)

D’autre part, l’ACC a grandement amélioré sa capacité à gérer ses partenariats. Les leaders de la communauté ont ainsi récemment reçu la visite de partenaires potentiels venant de Corée du Sud et ont mené la réunion d’une manière extrêmement professionnelle.

De nombreux succès au sein de l'ACCLes leaders ont aussi beaucoup amélioré leur communication au sein de leur communauté avec notamment l’envoi de newsletters mensuelles et rédaction du processus de recrutement des leaders (augmentant ainsi leur légitimité). Grâce à ces  efforts de communication, l’ACC bénéficie désormais d’une plus forte mobilisation de ses membres. A titre d’exemple des bénévoles viennent régulièrement aider pour nettoyer les bureaux ou réparer des choses, et certains participent aux frais de fonctionnement des locaux (eau, électricité) par libre participation via une boîte de donations.

Par ailleurs, ils ont aussi créé une base de données qui recense l’ensemble de leurs membres. Ils peuvent ainsi savoir immédiatement l’identité d’une personne arrêtée par la police, et communiquer tout de suite son identité aux ONG partenaires afin qu’elles puissent intervenir pour sa libération.

De nombreux succès au sein de l'ACC


Nous sommes également persuadés que notre programme a un impact psychologique positif
: les leaders sont très mobilisés et nous avons pu constater qu’ils étaient beaucoup plus confiants, optimistes et sereins en fin de programme.
Ils ont régulièrement de nouvelles idées pour améliorer leur quotidien.

 

Une vraie dynamique s’est amorcée au sein de la communauté afghane depuis le lancement du projet pilote d’URBAN REFUGEES, et elle continue de grandir ! Une réelle confirmation que le pari que nous avons fait était le bon.

Numerous successes within the ACC

Pour son premier projet pilote qui se déroule actuellement en Malaisie, l’équipe d’URBAN REFUGEES a travaillé sur la construction d’un site « neutre » qui sera utilisable par toutes les communautés de réfugiés avec lesquelles nous travaillerons. Ce modèle prévoit les grands axes permettant de présenter une communauté grâce à des pages prêtes à remplir. Ce modèle de site reste bien-sûr ajustable en fonction des choix de chaque groupe, mais il permet d’offrir un cadre plus facile à remplir pour les novices sur internet.

formation site web

Grâce à ce modèle, les leaders de l’Afghan Community Center (ACC) ont ainsi travaillé pour créer un site web qui correspond à leurs besoins, qui explique leur objectif et reflète la vie de leur communauté.

Les participants de ce groupe de travail étaient tous ravis et très motivés à l’idée de travailler sur ce projet. Ils ont d’abord sélectionné les photos qu’ils préféraient, puis réfléchi aux différents contenus qu’ils souhaitaient faire apparaitre, et enfin ont entamé la phase la plus difficile : la rédaction en anglais.

formation site web

L’atelier a été très animé et efficace, tous les membres se sont sentis concernés et investis par ce projet. Chacun a pu s’exprimer, permettant de raconter son histoire, ses rêves, les problèmes qu’ils affrontent au quotidien… Le groupe a aussi beaucoup apprécié d’avoir déjà un cadre et des recommandations pour l’écriture : grâce à l’équipe d’URBAN REFUGEES ils se sont sentis accompagnés dans ce projet qui était totalement nouveau pour eux.formation site web

Ce nouveau site leur permet maintenant d‘obtenir une plus forte visibilité sur leur situation, d’expliquer qui ils sont, la mission de leur association, quelles activités ils proposent, et aussi de collecter des dons.

La formation pour apprendre à créer un site web est celle qui a obtenu le plus de succès auprès de l’ACC !  L’équipe d’URBAN REFUGEES est très fière de cette nouvelle réussite, nous sommes toujours très heureux de constater l’impact de chacune de nos formations sur le terrain.

>> Découvez le nouveau site web de l’ACC : http://naccmy.wixsite.com/website 

formation site web

Le Haut-Commissariat pour les Refugiés (HCR) a récemment proposé un programme de formation à la plomberie et à la réparation de climatiseurs aux organisations de réfugiés. Le principe étant d’offrir des fonds pour soutenir les projets des groupes qui auront rédigé la proposition la mieux construite et la plus cohérente.

Très intéressé par l’opportunité de recevoir une formation, l’Afghan Community Center (ACC) a sollicité l’aide d’URBAN REFUGEES pour y répondre.

formation de coutureDans un premier temps le groupe a commencé par définir et évaluer ses besoins, se rendant ainsi compte que certaines femmes possèdent déjà de solides savoir-faire (connaissances en cuisine et talents en couture). Il semblait donc plus intéressant de rédiger des propositions adaptées aux compétences de ses membres.

Puis dans un second temps, le groupe a su décrire son projet, définir des objectifs, identifier les problèmes, planifier les tâches et évaluer les coûts, pour finalement soumettre deux projets de formations concernant des domaines très différents de ceux proposés à l’origine par le HCR : des cours de cuisine et des cours de couture.

formation de coutureAu final les deux propositions ont été validées par le HCR !

Le financement étant accepté, 20 femmes afghanes soutenues par l’ACC recevront donc une formation de 6 mois dans le domaine qu’elles auront choisi, dispensée par Mahdi, réfugié lui même et leader à l’ACC. Elles pourront par la suite trouver des sources de revenus qui leur permettront d’assurer la sécurité financière de leur famille.

Grâce à notre intervention, l’ACC est maintenant en mesure de répondre aux appels d’offre et donc de financer de plus nombreux programmes pour leur communauté.

C’est une étape importante pour URBAN REFUGEES, car cela prouve que notre Incubateur est efficace : en trouvant des sources de financement, l’ACC permet à un nombre croissant de personnes de bénéficier de leurs services, améliorant ainsi la vie des réfugiés urbains afghans à Kuala Lumpur.

Pour soutenir notre projet, c’est par ici.

formation de couture          formation de couture



Ils parlent de nous :




Ils nous soutiennent :